Certii
Slide

Nos enfants sont notre meilleur miroir

Vous connaissez très certainement cette petite histoire qui parle de clous plantés dans une barrière, et qui circule sur le net depuis de nombreuses années déjà.

Je m’en suis moi-même inspirée certaines fois, trouvant sympathique la métaphore de la barrière pour décrire l’impact certain, que nos mots, nos pensées, nos gestes ont sur notre entourage.

Puis, je l’ai retrouvée dernièrement et là, je l’ai regardée différemment. Je vous livre ici mes réflexions. Peut-être permettront-elles à quelques parents de regarder leurs enfants autrement, fussent-ils turbulents, agressifs, ingérables, pas comme ils auraient rêvé qu’ils soient... 

Pour rappel, l’histoire nous parle d’un enfant doté d’un sale caractère, à qui son père propose de planter un clou dans la barrière en bois de leur jardin, chaque fois qu’il perd patience et se dispute. 

On suit alors les étapes qui le mènent de 37 clous le premier jour à 0 clous après avoir appris à se contrôler. 
Son père l’invite alors à retirer un clou à chaque fois qu’il aura gardé son calme, jusqu’au moment où il n’en reste aucun.

Le père alors fier de son fils l’emmène constater les traces laissées dans le bois et lui dit :

Mon fils, tu t'es bien comporté mais regarde tous les trous
qu'il y a dans la barrière. Elle ne sera jamais plus comme avant.
Quand tu te disputes avec quelqu'un et que tu lui dis quelque
chose de méchant, tu lui laisses une blessure comme celle-là.

Maintenant je vous invite à revoir cette histoire mais en laissant l’enfant être lui-même, sans cette pression constante qu’il a de plaire à papa et à maman, 
d’être sage, 
d’être le petit garçon souhaité par papa alors qu’il est en réalité né fille, 
d’être celui qui ne doit pas répondre lorsque maman en colère lui dit qu’il est nul et n’arrivera jamais à rien, 
celui qui doit ravaler ses larmes parce qu’un « homme » ne pleure pas... 


Pourquoi ?

Parce que ce sont ces enfants que l’on a fait taire et empêché de s’épanouir que l’on retrouve dans les cabinets de praticiens de toutes techniques d’accompagnement. 

Ces enfants, qui ont cru comprendre qu’il valait mieux mettre leurs propres besoins de côté, croyant perdre l’amour de leurs parents, s'il ne le faisait pas.
Ces enfants sont pour beaucoup, devenus des adultes frustrés, mal dans leur peau, qui n’arrivent pas à se réaliser même avec beaucoup de volonté.

Certaines fois, je les reçois alors qu’ils sont encore enfants, parce que papa ou maman a détecté qu’il y avait un souci... c’est une bonne chose, car plus tôt ils se déferont de ces ressentis douloureux, mieux ce sera. 

Mais lorsqu'il apparaît comme évident, que le problème amené n'est en réalité que le problème du parent qui a accompagné l'enfant et qu'il s'en rend compte... il est extrêmement rare que l'adulte fasse la démarche de prendre lui-même rendez-vous. C'est dommage ! 

 

Quels sont les problèmes des enfants ?

En voici quelques uns comme l’autorité trop ferme de maman, l’absence du père paradoxalement présent chaque jour à la maison, ou inversement, leurs incohérences dues à leurs angoisses, leurs états d’âme, leurs réflexions, leurs reproches, leurs choix pour eux à leur place, puis ceux qu’ils récupèrent du côté de l’école, au catéchisme s'ils ont une éducation religieuse, ou au sport, parfois pour réaliser le rêve de leurs parents ... 

Il ne s'agit pas d'un procès d'intention visant à culpabiliser qui que ce soit. Chacun fait de son mieux avec ses convictions du moment... et heureusement elles évoluent tout au long de notre vie :-) . Mais plutôt d'en prendre conscience pour mieux aider nos enfants, ces futurs adultes. 

L’enfant ne naît pas en se disant : « Tiens je vais faire un max pour que mes parents en bavent ! » Il le voudrait qu’il n’en serait pas capable, car son cerveau est encore bien trop immature et ce, même si votre enfant est super intelligent.

Il naît avec pour seul bagage, son ressenti puis ses émotions, et ainsi au moins jusqu’à ses 6 ou 7 ans où apparaîtront les prémices de son mental. 

Mais ne vous y trompez pas, son cerveau ne sera suffisamment mature qu’à l’adolescence pour commencer à relativiser ce qui lui arrive. À ce moment, il pourra repérer que papa est rentré fatigué ce soir et que ce regard qu’il lui a lancé, ne lui était pas vraiment destiné... mais pas à 4 ans !

Petit, il pensera qu’il a fait une bêtise, qu’il n’est pas aimable et qu’il est en danger de perdre l’amour de ses parents s’il n’est pas conforme à leurs désirs...
Aussi, il essaiera d’obtenir ce sourire réconfortant sur le visage de ses parents que certains, malgré leurs efforts sans cesse renouvelés, n’arriveront jamais à percevoir. Il continuera alors, même si pour cela il doit renoncer à ses propres besoins. Cela se fait automatiquement, car il n’a pas encore la capacité de réfléchir à un tel plan.

Alors, lorsque cette histoire de clous reviendra vers vous, peut-être songerez-vous :

« Qu’est-ce qui fait que ce petit garçon a sale caractère ?
Que s’est-il passé dans sa vie pour que ce nouveau-né qui ne demandait qu’à téter et dormir, devienne aux yeux de ses parents ce petit tyran dont ils se plaignent tant ?
Ou pourquoi est-il si renfermé, si inhibé ?
Quelle souffrance y a t il derrière ? »

Vos enfants sont votre meilleur miroir.

... et par ricochet, vous songerez peut-être que lorsque votre petit dernier crie fort, c’est finalement son seul moyen de vous dire qu’il ne va pas bien, ou qu’il vous imite tout simplement, car c’est ainsi qu’il apprend. 

J’ai dans mon voisinage un papa qui est très présent pour sa fille qui doit avoir tout au plus 2 ans et demi. C’est une vraie petite pipelette pleine de vie. Cet homme s’occupe beaucoup d’elle ; la maman est plus discrète.
Discrète au point que l’enfant l’a un jour appelée par son prénom. La maman l’a alors reprise en lui disant : « Non pas Mireille (pas son vrai prénom), Maman ! »

Revenons-en au papa :  il parle très fort et tout le quartier profite de ces moments.  De ce fait, l’enfant parle très fort aussi. Mais rassurez-vous, ce n’est pas désagréable d’entendre la complicité qui existe entre le père et sa fille. Nous ne sommes pas ici dans un contexte de conflit.
Notez juste comme l’enfant agit par mimétisme. Alors si vous voulez que les vôtres sourient... ;-)

Comment procéder avec l’EFT ?

Prévoyez-vous une petite séance à chaque fois que vous êtes contrarié/e, fatigué/e et que vous pourriez regretter vos paroles si votre enfant avait alors la mauvaise idée d’avoir besoin de vous. Et il aura forcément besoin de vous à cet instant, car rappelez-vous lorsqu’il vous voit mal, il pense qu’il a fait quelque chose de travers et veut réparer. Aussi il se précipitera pour récupérer votre amour... Ce ne sera vraiment pas le moment de le repousser... ni de vous épuiser à la tache.

Mais plutôt de tapoter pour être dans de meilleures dispositions pour pouvoir lui dire gentiment, que vous êtes juste fatigué/e et que vous prendrez un peu plus de temps avec lui après vous être reposé/e.
S’il ne peut réellement comprendre le mot « fatigue » par exemple, le ton que vous aurez alors, votre non-verbal, lui montreront qu’il n’y est pour rien dans le fait que vous ne passez pas plus de temps avec lui maintenant... et c’est là le plus important ! Il ne se sentira pas le vilain petit canard et grandira plus sereinement.

Éliminez vos colères de la journée.

« Même si je suis en colère que mon chef ne relève que mes erreurs et ne voit pas lorsque je reste tard le soir pour assurer le bon suivi d’un dossier, je m’accepte complètement » 

Tiens, tiens !? Cela ne vous rappelle rien ?
Comment cela se passait-il quand enfant, vous vouliez faire plaisir à maman en mettant la table avec l’habilité de vos 4 ans, et que vous aviez affaire à un verre récalcitrant et fragile de surcroît ?

Vos peurs sont les pires ennemis de votre humeur !

Souvent présentes dans nos pensées et nos actes, nos peurs sont à l’origine de tous nos états d’âmes. 

Ce jeune garçon se promène avec sa maman et soudain, il lâche sa main pour attraper un ballon. Il se dirige vers la rue au moment où passe une voiture...

Sans doute, avez-vous déjà assisté à ce genre de scène.
La mère se précipite, tire son enfant par le bras et le gifle !

La gifle évoque la colère n’est-ce pas ? Mais pourquoi cette colère, si ce n’est par la peur qu’il se fasse renversé ?
Mais à votre avis qu’enregistrera l’enfant ? Que votre amour pour lui vous a fait déraper ou qu’il n’est pas quelqu’un de bien ?

Listez vos peurs et faites une Procédure de Paix Personnelle avec chacune d’elle. Allez à l’origine de vos peurs et vivez pleinement votre vie ! Vos enfants n’en seront que plus épanouis ! Et si vous bloquez, n'hésitez pas à consulter un des praticiens de l'École EFT France présent à l'annuaire.

« Il n’est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse ! »
Gary Craig

Êtes-vous prêts pour cela !?





Archives

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Recevez gratuitement l'ebook

EFT
L'essentiel en 10 fiches

et profitez de nos conseils mensuels






Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
Un lien de désinscription est présent au bas de chaque courrier provenant de Technique-EFT.

Formation EFT Certifiantes pour le Personnel Soignant et/ou de la Relation d'Aide.

Les Formations sont Supervisées par Geneviève GAGOS pour vous permettre un apprentissage approfondi de la technique, une pratique de l'EFT en finesse et une efficacité accrue.

Ecole EFT France

Ecole EFT France, formation EFT ODPC

Présentation d'une séquence complète EFT

Les médecins formés par l'Ecole EFT France témoignent.



L'EFT pour tous

Parution aux Editions Marabout

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Sélectionné par le "Club Nouvelles Clés"

Formations EFT certifiantes

logo Ecole EFT France, formations EFT certifiantes

Nb