Certii
Slide

Transcription d´une session téléphonique enregistrée menée par gary Craig

Dottie : "mais ça ne fonctionne pas pour moi!


Gary : Donc vous avez appris à utiliser EFT mais vous trouvez que la technique "ne fonctionne pas pour vous".
Dottie : Pas encore.
Gary : Et nous parlions d´une anxiété, d´une peur d´être passager en voiture...
Dottie : Seulement dans la voiture de mon mari qui n´est pourtant pas mauvais conducteur.
Gary : " qui n´est pourtant pas mauvais conducteur " est une remarque logique. Votre réaction émotionnelle est différente.
Dottie : Oui.
Gary : Vous avez donc fait vos rondes sur des mises en scène telles que " Même si j´ai cette anxiété " ou " Même si j´ai peur d'avoir un accident " d´autres phrases du même genre en faisant des progrès, mais selon vous, " c'est revenu " ou serait-ce plutôt " elles n´ont pas tenu " ?
Dottie : Elles n´ont pas tenu.
Gary : Lorsque les choses semblent revenir ou les progrès semblent ne pas durer, ce n´est pas parce qu'EFT ne fonctionne pas, mais parce que la technique est pratiquée de manière trop globale, sans aller au cœur du problème. Bien qu´une phrase de mise en scène telle que " Même si j´ai peur d´un accident " paraisse viser un problème précis, il faut être plus spécifique. Par exemple, en faisant remonter le souvenir d´un accident qui vous est arrivé, d´une situation où vous avez eu très peur, d´un événement traumatisant ou toute autre condition ayant produit une forte réponse émotionnelle, se restaurant chaque fois que vous iaginez qu´un accident puisse arriver.
Dottie : J´y ai bien pensé mais je n´ai jamais eu d´accident sérieux.
Gary : D´accord, mais il n´est pas nécessaire d´avoir eu un accident pour ... Vous voyez, ça rebondit sur quelque chose. Vous n´auriez pas ce problème s´il n´y avait rien dans votre passé qui puisse servir de rebond.
Dottie : je comprends.
Gary :C´est toute la logique. La solution c´est d´essayer de découvrir ce qui se cache derrière votre peur. Je ne sais pas si je vais y arriver, mais j´aimerais que vous commenciez par dire : " j´ai vraiment peur d´avoir un accident ".
Dottie : J´ai vraiment peur d´avoir un accident.
Gary : Maintenant répondez sans réfléchir - Cela vous rappelle quelque chose ?
Dottie : Ma vulnérabilité.
Gary : Et d´être vulnérable vous rappelle quoi? Donnez-moi un incident spécifique, un événement spécifique, un événement précis où vous avez éprouvé de la vulnérabilité.
Dottie : Rien ne me vient à l´esprit. C´est peut-être trop général.
Gary : Ne vous est-il jamais arrivé de vous sentir vulnérable à l´école, en faisant du sport, ou dans une relation ? Ne vous a-t-on jamais laissée tomber, un petit copain, un mari ?
Dottie : Quelque chose me vient à l´esprit. C´était quand j´avais - ça me paraît sans rapport - mais c´était quand j´étais petite, à l´école. Je n´avais pas fait mes devoirs et la maîtresse que j´aimais énormément, rouge de colère, a mis ses mains autour de ma tête et elle m´a soulevée de ma chaise. Mes devoirs n´étaient pas faits, mais j´avais menti en disant que je ne les retrouvais pas.
Gary : Elle était très en colère ?
Dottie : Oui et ça a été horrible parce que je l´adorais. C´était mon idole.
Gary : Est-ce que vous ressentez quelque chose en disant cela ?
Dottie : je vois la scène... un peu... peut-être un quatre ou un cinq.
Gary : Un quatre ou un cinq. Est-ce que cela s´accompagne de sensations physiques, du cœur qui cogne ou de transpiration ?
Dottie : Une sorte de trouble à l´estomac.
Gary : Un trouble à l´estomac. Est-ce à cela que vous donnez un quatre ou un cinq ?
Dottie : Je ne suis peut-être pas bon juge.
Gary : Nous n´avons besoin que d´une évaluation pour l´instant.
Dottie :Ce n´est pas un sentiment complet de désespoir.
Gary : je vais vous demander d'imaginer la scène, mais sans vous fondre dedans. Il me faut juste un prononstic. Si vous fermiez les yeux et que vous plongiez complètement dans l´événement, pensez-vous que ce serait encore un quatre ou un cinq ou le chiffre serait-il plus élevé ?
Dottie : Cela serait probablement un sept ou un huit.
Gary : C´est votre évalutation ? D´accord. Un vrai plongeon dans la scène n'st pas utile. Il s´agit peut-être là de ce qui se cache derrière votre peur d´être en voiture, d´être passagère, d´avoir un accident, etc... Je vous ai demandé ce que ces choses vous rappelaient, il pourrait s´agir de l´une des causes. Mais c´est sans importance pour l´instant ? Ce qui compte à présent, c´est de voir si le procédé fonctionne pour vous sur un événement précis. Et si nous trouvons assez de sujets, nous finirons bien par découvrir ceux qui se cachent derrière votre problème en voiture. Vous me suivez ?
Dottie : Oui.
Gary : Bien. Si vous êtes d´accord, allez au point Karaté en répétant ce qui suit... mais avant comment s´appelait votre maîtresse?
Dottie : Mme .
Gary : Bon. Au point Karaté répétez : " Même si Mme m´a soulevée par la tête...
Dottie :Même si Mme m´a soulevée par la tête...
Gary : Est-ce que la phrase paraît juste ?
Dottie : Absolument.
Gary : Même si Madame Much m´a soulevée par la tête...
Dottie :Même si Madame Much m´a soulevée par la tête...
Gary : je m´accepte profondément et complètement .
Dottie :je m´accepte profondément et complètement .
Gary : Et m´a fait me sentir vulnérable
Dottie :Et m´a fait me sentir vulnérable
Gary : Et m´a humiliée devant toute la classe
Dottie :Et m´a humiliée devant toute la classe
Gary : Et m´a fait très peur
Dottie :Et m´a fait très peur
Gary : parce qu´elle était vraiment très en colère
Dottie :parce qu´elle était vraiment très en colère
Gary : et que j´étais toute petite
Dottie :et que j´étais toute petite
Gary : je m´accepte profondément et complètement .

Gary : Même si Madame Much m´a soulevée par la tête...(répétition Dottie)
Gary : Et était très en colère (répétition Dottie)
Gary : il faut comprendre Madame Much (répétition Dottie)
Gary : qui n´étaient pas les miens (répétition Dottie)
Gary : je n´ai fait que les lui rappeler (répétition Dottie)
Gary : et elle s´en est pris à une petite fille (répétition Dottie)
Gary : et c´était moi (répétition Dottie)
Gary : Allez au point de sourcil en répétant : " ...soulevée par la tête...3(répétition Dottie)
Gary : Allez au Côté de l´œil : " ...soulevée par la tête...3(répétition Dottie)
Gary : Allez sous l´œil : " ...soulevée par la tête...3(répétition Dottie)
Gary : Continuez à descendre.
Dottie : Voulez-vous que je fasse les points sur les doigts aussi ?
Gary : Non ce n´est pas la peine. Mais arrêtez-vous un instant. Comment va votre estomac ?
Dottie :Il est beaucoup moins agité. Un ou deux à présent.
Gary :Allez au point Karaté en répétant : " Même si j´ai ce restant de trouble Madame Much dans l´estomac " (répétition Dottie)
Gary : je m´accepte profondément et complètement. (répétition Dottie)
Gary : j´ai de la considération pour mon estomac (répétition Dottie)
Gary : qui me l´a fait savoir (répétition Dottie)
Gary : que j´aie un problème (répétition Dottie)
Gary : à cause de Madame Much (répétition Dottie)
Gary : et de ses propres problèmes (répétition Dottie)

Gary : qui s´en est pris à une petite fille (répétition Dottie)
Gary :et ça fait des années que je me promène avec ce problème (répétition Dottie)
Gary : qui commence à se faire pesant (répétition Dottie)
Gary : Et n´a aucune raison d´être là (répétition Dottie)
Gary : Allez au point du sourcil en répéant : ce restant de trouble de Madame Much dans l'estomac (répétition Dottie)
Gary : et descendez le long des points.
Dottie :C´est fait.
Gary : Bien. comment va votre estomac à présent ?
Dottie : [Bâillement]
Gary : Avez-vous remarqué votre bâillement ?
Dottie : Oui et j´ai aussi bâillé pendant la ronde. Je pense que c´est parti.
Gary : Vous pensez que c´est parti. Est-ce encore là ou pas ?
Dottie : En fait c´est descendu à 1.
Gary : C'est possible. Bien, reprenons comme avant. Supposons que vous fermiez les yeux et que vous plongiez à fond dans la situation, mais ne le faites pas vraiment. Imaginez seulement quel serait votre chiffre si vous étiez dedans pour de bon. Pensez-vous que vous ce serait encore un sept ou un huit ?
Dottie : Non
Gary : que ce que ce serait ?
Dottie :Un trois ou un quatre.
Gary :Un trois ou un quatre. Allez au point Karaté. Mais avant, j´aimerais vous demander si d´autres souvenirs ont fait surface.
Dottie : Non mais je me sens nerveuse de faire cette session avec vous. Votre attention m´honore et c´est peut-être la raison pour laquelle je ressens ce trouble à l´estomac.
Gary : Vous êtes honorée parce que je suis le créateur d'EFT ?
Dottie : Oui, j´ai trouvé important de le dire.
Gary :C´est bien. Cela signifie qu´il y a d'autres problèmes. Peut-être ne valez-vous pas l´attention que l´on vous porte?
Dottie : Oui c´est exactement ça.
Gary : A propos il se peut que vous en ayez fini avec madame Much et que votre nervosité soit due à un problème entièrement différent ou à un aspect séparé du problème précédent. Ce que j´aimerais que vous fassiez maintenant, juste pour voir, c´est de vous plonger à fond dans cette situation avec madame Much en suivant mes instructions. Tout d´abord c´est très important, il faut porter votre attention sur cet événement. Concentrez-vous uniquement sur ces circonstances spécifiques sans penser à d´autres situations où vous auriez pu vous sentir vulnérable. Nous cherchons ici à évaluer l´intensité émotionnelle liée à cet événement précis. Ensuite, et c´est tout aussi important, il faut remémorer le scène aussi nettement que possible. Intensifiez-la, exagérez-en les sons, vos sentiments, essayez d'éprouver autant de souffrance que possible. Mais arrêtez-vous dès que vous sentez la détresse monter, si un trouble se fait sentir à l´estomac ou que n´importe quoi d´autre se présente. Ceci indique qu´il y a encore du travail à faire. Allez-y, et dites-moi quand vous avez terminé.
Dottie : J´ai encore eu une réaction.
Gary : Quel chiffre lui donnez-vous ?
Dottie : Un trois ou un quatre.
Gary :A quel moment exactement avez-vous ressenti ce trois ou ce quatre durant la résurgence de cet événement, vous en souvenez-vous ?
Dottie : Au moment où elle m´a soulevée de mon pupitre, ça a été un vrai choc pour moi, un véritable choc.
Gary : Remarquez les mots que vous venez d´employer : " ça a été un vrai choc pour moi " ; vous n´avez pas utilisé ces mots auparavant, n'est-ce pas ?
Dottie : Oh.
Gary : C´est peut-être un nouvel aspect, nous allons emprunter ce chemin. Allez au point Karaté en répétant : " Même si cet épisode madame Much..."(répétition Dottie)
Gary : a été un vrai choc (répétition Dottie)
Gary :je m´accepte profondément et complètement (répétition Dottie)
Gary : ça m´a secouée (répétition Dottie)
Gary : j'étais toute petite (répétition Dottie)
Gary :qu'aurais-je pu penser (répétition Dottie)
Gary : sinon que j´étais mauvaise
Gary :c´est arrivé par surprise (répétition Dottie)
Gary : ça m´a terriblement secouée (répétition Dottie)
Gary : Comme si quelqu´un qui avait jeté un serpent sur mon pupitre (répétition Dottie)
Gary : je m´accepte profondément et complètement
Gary : et même si je n´arrive pas à comprendre ce qui est arrivé (répétition Dottie)
Gary : je dois m´ouvrir à la possibilité (répétition Dottie)
Gary : que Madame Much (répétition Dottie)
Gary : était celle qui avait le problème (répétition Dottie)
Gary :À propos, est-ce que cela vous semble logique ?
Dottie : Oui, je pense quand même l´avoir vraiment déçue.
Gary : Bien, nous voilà à un nouvel aspect. Voyez-vous comme c'est important ? Logiquement vous admettez qu´elle puisse avoir un problème, mais votre réponse émotionnelle est différente. Vous pensez l´avoir déçue.
Dottie :j´étais une petite fille tellement gentille, comment ai-je pu lui faire ça ?
Gary : Dites : " Madame Much m´a vraiment choquée... "(répétition Dottie)
Gary :Madame Much m´a vraiment choquée quand elle m´a pris la tête pour me soulever de mon pupitre...(répétition Dottie)
Gary : Quel est le chiffre sur une échelle de zéro à 10 ?
Dottie :c'est bien mieux.
Gary :est-ce arrivé à un zéro, à un ou à deux ?
Dottie : Un deux.
Gary : Comment savez-vous que c´est un deux ?
Dottie : Je soupçonne un deux parce que c´est beaucoup moins fort qu´avant.
Gary : C´est intéressant. Une supposition. Mais ça pourrait être zéro.
Dottie : Oui.
Gary :je ne dis pas que c´est un zéro, je ne peux pas parler à votre place. Mais les gens s´imaginent souvent qu´il est impossible d´arriver à zéro et ils donnent un deux. Fermez les yeux un moment et replongez-vous dans la scène en essayant de retrouver l´impression de choc. Et dites-moi quand c'est fait. Allez-y.
Dottie : Je ne ressens plus le choc.
Gary :est-ce que c´est arrivé à zéro ?
Dottie : Oui.
Gary : Dites, " je l´ai vraiment déçue.. " (répétition Dottie)
Gary : Que ressentez-vous ?
Dottie : Cela fait presque mal.
Gary : Lorsque vous dites " cela fait presque mal ", qu´est-ce qui fait presque mal ?
Dottie : Cela me rend presque triste, cela me rend triste. C´est vraiment de la tristesse.
Gary : Est-ce que vous avez la gorge prise ou la poitrine serrée ? Ce sont juste des idées, sentez-vous quelque chose de physique ?
Dottie : Une sorte de pincement à l´estomac, je ne sais pas, un serrement peut-être.
Gary : qui, d´autre avez-vous déçu dans votre vie ?
Dottie : J´ai envie de dire ma mère, mais je ne sais pas si je l´ai fait.
Gary : Si vous avez déçu votre mère quand cela aurait-il pu se passer?
Dottie : Rien de précis, juste que j´ai.... je ne sais pas, je ne lui ai peut-être pas donné tout l´amour qu´elle méritait ou qu´elle voulait.
Gary :Y a-il un événement précis qui vous fait dire ça ?
Dottie : je me souviens d´une fois où j´ai fait exprès d´allumer une cigarette devant elle, mais j´avais vingt-et-un ans ou quelque chose d´approchant.
Gary : Mais vous avez senti que vous déceviez votre mère.
Dottie : Oui.
Gary :Je ne suis pas à la hauteur de ses attentes...
Dottie : Oui mais ce n'est pas excessif. Ça ne sonne pas vraiment juste.
Gary :Nous allons faire un peu de tapping global là-dessus. Il se peut que cela fasse remonter des événements spécifiques. Nous verrons bien. Allez au point Karaté en répétant : " Même si j´ai déçu des gens dans ma vie ... "(répétition Dottie)
Gary : Et que je n´ai pas été à la hauteur de leurs attentes (répétition Dottie)
Gary : Et des miennes non plus...(répétition Dottie)
Gary : qui ont été plantées en moi par les autres...(répétition Dottie)
Gary : autrement comment pourrais-je savoir ce qu´ils veulent...(répétition Dottie)
Gary : je m´accepte profondément et complètement
Gary : Comme tous les autres...(répétition Dottie)
Gary : je cours dans la vie (répétition Dottie)
Gary : Avec plein de consignes à suivre (répétition Dottie)
Gary : plein d´obligations (répétition Dottie)
Gary : plein d´interdictions (répétition Dottie)
Gary : plein d´exigences (répétition Dottie)
Gary : plein d´impératifs (répétition Dottie)
Gary : et ainsi de suite (répétition Dottie)
Gary : et ces consignes sont différentes pour tout le monde (répétition Dottie)
Gary : Mais je pense que les miennes sont les meilleures (répétition Dottie)
Gary : Peut-être que mon vrai problème (répétition Dottie)
Gary :c´est que je suis intransigeante...
Dottie : que je suis quoi ?
Gary :intransigeante.
Dottie : Oh, que je suis intransigeante.
Gary : Et que mes consignes sont meilleures que celles des autres (répétition Dottie) Gary: elles comptent en tout cas plus pour moi (répétition Dottie)
Gary : je les ai achetées (répétition Dottie)
Gary : si ce n´était pas pour ces consignes
Gary : je ne décevrais personne (répétition Dottie)
Gary : je m´accepte profondément et complètement (répétition Dottie)
Gary : bien que je ne sache pas pourquoi.
Dottie : pardon ?
Gary : Bien que je ne sache pas pourquoi (répétition Dottie)
Gary :je me décevrai de toutes façons (répétition Dottie)
Gary : Alors à quoi bon m´accepte d'avance (répétition Dottie)
Gary :c´est inutile (répétition Dottie)
Gary : Allez au point du sourcil et répétez : " décevoir les autres ". (répétition Dottie)
Gary : Allez au coin de l'œil : " me décevoir " (répétition Dottie)
Gary : Allez sous l´œil : "toutes ces consignes "(répétition Dottie)
Gary : Allez sous le nez : "être intransigeante "(répétition Dottie)
Gary :Allez au menton : " seules mes consignes comptent... " (répétition Dottie)
Gary :Allez à la clavicule : " bien qu´elles m´aient été données par les autres.. "(répétition Dottie)
Gary : Allez sous le bras : " toutes ces consignes..."(répétition Dottie)
Gary : Arrêtez-vous là. Dites-moi le plus honnêtement possible, sur une échelle de zéro à dix ce que vous ressentez en répétant ces mots. " Je déçois les gens ".
Dottie :Je déçois les gens.
Gary : Cela vous paraît-il encore vrai?
Dottie :Ce n´est pas vrai.
Gary : Est-ce zéro, un ou deux ?
Dottie : C´est descendu à un (après une pause).
Gary : Dites : " j´ai déçu Madame Much " (répétition Dottie)
Gary : Cela vous paraît-il vrai?
Dottie : C´est vrai.
Gary : Donnez-moi un chiffre.
Dottie : Ce n´est pas vrai logiquement.
Gary : J´aimerais la réponse émotionnelle.
Dottie : j´ai déçu Madame Much. Non
Gary : Non quoi ?
Dottie :c´est un zéro ou descendu à un.
Gary : Parlez-vous logiquement ou émotionnellement ?
Dottie : Hmmm.... un deux.
Gary :Nous allons laisser cela de côté pour l´instant. Il y a quelque chose que nous n´avons pas fait en débutant cette conversation téléphonique. Si je vous avais demandé de me donner un chiffre, vous imaginant en voiture dans les circonstances les plus effrayantes qui soient pour vous, à l´arrière, sur une autoroute, passagère, peu importe, quel chiffre pensez-vous que vous aurez eu ?
Dottie : Un huit ou un neuf.
Gary : Huit ou neuf. Quel chiffre auriez-vous maintenant si vous viviez cette situation ? Ne vous plongez pas dedans. Je vous demande juste une supposition.
Dottie : Oh, oh. (Pause)
Gary :Vous le faites!
Dottie : je ne peux pas m´en empêcher...
Gary : Allez-y alors. Exagérez la scène, les bruits, vos sentiments, etc. Essayez d´être aussi anxieuse que possible, mais arrêtez-vous dès que la frayeur monte. Allez-y, et dites-moi ce qui se passe.
Dottie : Je n´arrive pas à être anxieuse.
Gary : Ainsi vous pensiez avoir un huit ou un neuf et vous êtes à zéro maintenant?
Dottie : Oui.
Gary : En tout cas en vivant la scène mentalement ?
Dottie : Oui.
Gary : Cela ne veut pas dire que votre peur ait complètement disparu. Pas du tout. Vous ne pourrez le savoir qu´en montant en voiture. Nous avons diminué votre anxiété, mais il se peut qu'il y ait encore des problèmes émotionnels sous-jacents. Si vous avez toujours peur en voiture, prenez note du type d´anxiété ressentie. Est-elle d´un autre genre qu'avant ? De même intensité ? Se passe-t-il des choses différentes pour la faire monter ? Et ainsi de suite. Cela ne veut pas dire que le procédé n´ait pas fonctionné, mais seulement qu´il y a du travail à faire sur d´autres aspects du problème. Voyez-vous la différence ?
Dottie : Oui je vois.
Gary :C´est important. Dites maintenant : " J´ai déçu ma mère... "
Dottie :J'ai déçu ma mère
Gary : Est-ce un deux ?
Dottie :C´est un rien du tout. En fait, c´est elle qui m´a déçue.
Gary : Oh! C´est très important. Vous venez d´effectuer un volte-face avec un retournement complet d´opinion. Vous ne l´avez pas déçue. Nous avons fait tout ce travail, et c´est elle, à bien y penser qui vous a déçue. C´est intéressant n´est-ce pas ?
Dottie : Oui. Je le savais rationnellement, mais émotionnellement ce n´était pas pareil.
Gary : Oui, et tout tient la dedans. Personne n´aurait besoin de thérapie si nous réagissions de manière rationnelle. Il n´est pas logique de souffrir de quelque choses qui s´est produit il y a vingt ans. Ce n´est vraiment pas logique, mais c´est notre façon de faire. Nous réagissons aux choses émotionnellement.
Gary : J´espère que tout cela vous aura aidée. Je serais curieux de connaître votre réaction la prochaine fois que vous serez en voiture. Prenez note de votre degré d´anxiété. Et souvenez-vous, nous n´avons effectué aucune ronde de tapping sur votre peur d'être en voiture.
Dottie : Non
Gary : Il peut rester encore des choses. Mais vous n´arriver toujours pas à aller au-delà d´un zéro, même en vous imaginant la scène très clairement ?
Dottie : Non
Gary : En tout cas pour l´instant?
Dottie : Non
Gary : Bien. Il semblerait que nous ayons fait quelque chose de positif..
Dottie : Oui, c´est certain.
Gary :Continuez sur votre lancée ! Merci Dottie.




Archives

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Recevez gratuitement l'ebook

EFT
L'essentiel en 10 fiches

et profitez de nos conseils mensuels






Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
Un lien de désinscription est présent au bas de chaque courrier provenant de Technique-EFT.

Formation EFT Certifiantes pour le Personnel Soignant et/ou de la Relation d'Aide.

Les Formations sont Supervisées par Geneviève GAGOS pour vous permettre un apprentissage approfondi de la technique, une pratique de l'EFT en finesse et une efficacité accrue.

Ecole EFT France

Ecole EFT France, formation EFT ODPC

Présentation d'une séquence complète EFT

Les médecins formés par l'Ecole EFT France témoignent.



L'EFT pour tous

Parution aux Editions Marabout

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Sélectionné par le "Club Nouvelles Clés"

Formations EFT certifiantes

logo Ecole EFT France, formations EFT certifiantes

Nb