Certii
Slide

EFT en détention

Je m’appelle Chantal et j’interviens régulièrement et depuis de nombreuses années, dans une maison d’arrêt pour femmes ; certaines de ces femmes sont déjà passées en jugement et seront transférées, à plus ou moins brève échéance, dans une prison ou centrale pour y effectuer leur peine ; d’autres sont en attente de jugement et sont donc là pour quelque temps voire années.

J’interviens dans le cadre de ma profession qui est : le conseil en image personnelle et professionnelle, c'est-à-dire : l’estime de soi ; chacun comprend bien que retrouver l’estime de soi dans ces circonstances particulières est indispensable pour vivre sa détention le mieux possible afin de mieux se réinsérer dans la société et ne pas risquer la récidive.
Lors de mes interventions, nous parlons beaucoup, les détenues et moi-même, avec beaucoup de liberté et de confiance et c’est ainsi que s’est installée la relation d’aide qui me permet de leur présenter et de partager les différentes méthodes de soins pouvant apporter un soulagement, tant physique que moral, aux diverses souffrances exprimées.

C’est ainsi que j’ai, un jour parlé de l'EFT et que nous avons ensemble ¨testé¨ cette méthode de soins de secours que je me permets d’appeler : première urgence. Nous avons parlé et surtout mis en pratique l’EFT ; ces quelques témoignages de soins et leurs résultats devraient vous indiquer à quel point, en détention, cette méthode enseignée aussi bien au personnel pénitencier que médical mais surtout aux détenus eux-mêmes, cette méthode donc est pour moi quasiment indispensable tant elle peut porter secours qui plus est, sans le moindre risque puisqu’il n’y est préconisé aucune prise de quelque produit que ce soit qui puissent nuire à la personne.

Expériences et témoignages EFT :

C’est S. originaire des pays de l’Est qui fut la première à participer. S. entre dans la pièce où nous sommes toutes et se place pour s’assoir quand une autre détenue retire à cet instant la chaise sur laquelle S. s’asseyait. S. chute lourdement sur le sol, étourdie par la surprise et surtout par la douleur qui se manifeste aussitôt avec violence dans le bas de son dos ; même fait par inadvertance et suivi d’excuses, ce geste aurait été la source de violences verbales et physiques, d’autant que S. avait déjà des problèmes au niveau de la colonne vertébrale.
Ce jour là, je venais d’annoncer que j’apportais une méthode de soins extraordinaire.
Aussitôt l’incident arrivé, je proposai de faire sur et avec S. de l’EFT pour soulager sa douleur. Avec son accord, nous décidâmes ensemble de l’IP qui lui convenait le mieux, puis elle estima sa douleur à 10, et nous commençâmes à tapoter, nous fîmes toutes les séquences une seule fois. À la fin, son estimation de la douleur était réduite à 0, contre son attente et je dois bien avouer, contre la mienne et contre celle de toutes les détenues présentent ce jour-là. Ma surprise était d’autant plus grande que je savais que S. était vraiment très fragile de la colonne vertébrale. Trois heures plus tard, avant de les quitter, je reposai ma question à S. qui me répondit ne ressentir aucune douleur même en touchant le bas de son dos.

C’est ainsi que je leur laissai une documentation de base leur donnant la possibilité de s’en servir entre elles pour s’aider ou aider d’autres personnes au sein de la détention.

Quelques jours plus tard, toujours en détention avec le même groupe, l’une d’entre elle : D. avait une assez forte rage de dent qu’elle estimait à 9 avec un abcès en préparation et une joue qui témoignait de la présence de cet abcès. Elle mit elle-même au point la phrase de l’IP et se tapota, faisant toutes les séquences. Elle attendit un peu pour m’annoncer que sa douleur était tombée à 5 ; elle refit donc une nouvelle fois les séquences au complet et nous fit part d’une douleur à 2 très supportable ; je ne peux dire si l’abcès se serait résorbé seul car le médecin vint trois jours plus tard lui prescrivant des médicaments, mais elle fit de l’EFT en attendant sa venue.

F. eut un début de zona au niveau de la ceinture et avait des douleurs fulgurantes avec démangeaisons, elle me demanda si l’EFT pouvait la soulager et bien évidemment après lui avoir répondu positivement, nous mîmes au point la phrase IP qui lui convenait , estimant la douleur à 8 voire plus par instant dit-elle, elle commença les tapotements faisant toutes les séquences, peu après, elle estimait la douleur à 3, continuant l’expérience, elle se soulagea totalement et son zona fut guéri en seulement 2 jours sans plus aucune douleur.

Ceci vaut pour les douleurs physiques mais nous eûmes l’occasion de commencer l’EFT avec E. sur des douleurs morales, des émotions négatives ressenties depuis l’enfance et qui l’ont probablement conduite en détention. Il s’agissait du manque d’amour de son père pour elle et donc de son manque d’estime d’elle-même ; la phrase IP concernant le manque d’amour du père, elle se tapota, faisant toutes les séquences, à la fin, elle nous dit qu’elle se sentait mieux, comme si un poids était enlevé de son cœur. Je n’ai pas revu E. celle-ci ayant été libérée avant que je puisse avoir un réel résultat ; J’ai simplement su qu’elle avait dit à la psychologue qu’elle se sentait super bien grâce à moi ce qui voulait dire : grâce à l’EFT.

Ces quelques résultats sont tout de même très intéressants quant à la nécessité d’introduire l’EFT dans les prisons, j’ai vu un changement apporté par le sentiment de sécurité ressenti et réel : pouvoir porter secours à soi-même et aux autres également est une réalité, un mieux être évident, et la dédramatisation de situation embarrassante comme celle survenue avec S. C’est également vivre mieux l’enfermement et donc la réinsertion et cela aussi est très important, c’est aussi apprendre le rapprochement des uns et des autres avec plus de confiance en soi mais aussi dans les autres.

Voilà ce que je peux pour l’instant vous dire de mon expérience de l’EFT en prison, j’espère pouvoir vous en dire plus dans quelque temps, mais il faut savoir qu’en détention, tout est compliqué, que les détenus sortent aussi de ce milieu et c’est heureux, c’est pourquoi je pense aussi qu’ils doivent profiter impérativement de cette méthode : un détenu ou une détenue sorti et donc ayant payé sa dette ou en attente de jugement n’ose plus demander d’aide, a honte, un peu comme si l’acte commis était en permanence lisible sur leur front, ainsi ils peuvent, là encore, se secourir.

Je vous souhaite bonne réception et bonne lecture de ces quelques lignes et vous dit à bientôt et surtout merci de me donner l’opportunité de parler d’humanité et non pas simplement de moi !

Témoignage apporté pour le site de Geneviève Gagos, technique-EFT.com




Archives

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Recevez gratuitement l'ebook

EFT
L'essentiel en 10 fiches

et profitez de nos conseils mensuels






Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
Un lien de désinscription est présent au bas de chaque courrier provenant de Technique-EFT.

Formation EFT Certifiantes pour le Personnel Soignant et/ou de la Relation d'Aide.

Les Formations sont Supervisées par Geneviève GAGOS pour vous permettre un apprentissage approfondi de la technique, une pratique de l'EFT en finesse et une efficacité accrue.

Ecole EFT France

Ecole EFT France, formation EFT ODPC

Présentation d'une séquence complète EFT

Les médecins formés par l'Ecole EFT France témoignent.



L'EFT pour tous

Parution aux Editions Marabout

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Sélectionné par le "Club Nouvelles Clés"

Formations EFT certifiantes

logo Ecole EFT France, formations EFT certifiantes

Nb