Certii
Slide

Syndrome stress post traumatique.

Bonjour tout le monde,

Ce qui suit n’est pas une histoire heureuse, bien que la fin soit plus heureuse. Personne ne devrait se glisser dans la peau de Jamala Rose mais, malheureusement, trop de gens le font. Les syndromes de stress post traumatiques (SSPT) sont parmi les problèmes les plus débilitants et, jusqu’à l’arrivée de l’EFT et de ses nombreux cousins, il n’existait pas grand-chose pour les guérir. Tout au plus les drogues ne faisaient que les camoufler mais non les guérir.
Mis à part le fait que l’histoire de Jamala fait « mal au ventre », elle nous inspire quant aux possibilités ET à la perspicacité grâce auxquelles cette novice a pu utiliser l’EFT, même pour un problème aussi grave. Elle aurait sûrement obtenu des résultats positifs plus rapides si elle avait consulté un(e) professionnel(le) compétent(e) dans le domaine et, par prudence, je ne peux que recommander que les personnes consultent ces professionnel(le)s pour des syndromes aussi sévères. Hélas, Jamala ne connaissait personne dans ce domaine et n’avait pas d’argent pour la payer.
Malgré cela, la guérison de Jamala est vraiment remarquable. Elle nous raconta que « les tumeurs, la douleur de l’angine de poitrine et l’arythmie, les maux de tête, les attaques de panique de toutes sortes s’éliminèrent. « Je me suis réveillée un jour et tout avait disparu. ».

Love

Gary


Bonjour Gary,

J’ai eu des syndromes de stress post-traumatiques toute ma vie. Mon père fut prisonnier de guerre au Japon, pendant 3 ans et tout le monde connaît la cruauté des japonais avec les prisonniers. Après 3 ans de tortures, mon père était juste en mer, à 1,5 km de l’île, quand la bombe atomique explosa et il a alors souffert d’une maladie due aux radiations.

GARY : Jamala parle d’un élément important. De tels cas de maltraitances donnent comme résultats que ces personnes maltraitées, maltraitent à leur tour. La tentation est là de les blâmer alors qu’elles ont besoin d’une longue guérison faite de compréhension et de pardon. Comme le démontre le récit de Jamala, ci-après, son père n’était pas « mauvais », son père était « malade ».

JAMALA : Je me rappelle mon premier souvenir de « vie ». Je ne sais pas si c’était à ma conception ou à ma naissance mais j’ai l’impression que c’était pendant ma conception. J’ai hurlé d’horreur et j’ai tout fait pour sortir du corps, pour mourir. Tout sauf faire face à cet homme dément.
Il abusa de moi affreusement, dès le début de ma vie. J’ai eu des syndromes de stress post-traumatiques dès les premiers moments de ma vie. En fait, je suis née dans un camp de concentration et j’ai été élevée dans la terreur, la haine, les coups, la famine et dans un grand isolement. On me laissait de longues périodes seules dans le noir, probablement comme les cellules de châtiment où on avait jeté mon père.
Je n’ai jamais fonctionné normalement durant ma vie. J’étais une enfant morte, sans énergie et je n’arrivais ni à manger, ni à dormir, ni à éliminer. Je ne pouvais rien apprendre, rien colorier à l’école maternelle. Je ne savais jamais sourire ni rire et je n’avais aucune idée de la sensation que cela faisait. Je vomissais presque tous les jours et, chaque matin quand je me réveillais, je sanglotais de chagrin d’être encore en vie.
Je suppliais et implorais Dieu d’en finir avec ça immédiatement. A l’âge de 11 ans, j’avais de sévères attaques de panique qui duraient toute la nuit. J’allais à la salle de bain et me tordais de douleurs pendant des heures. J’avais la sensation que j’étais en train de mourir, qu’on écrasait mon cœur et qu’on m’assassinait. Puis je m’évanouissais d’épuisement, sur le sol glacé.
Finalement, on me mit sous valium à l’âge de 12 ans. J’en prenais souvent 50mg par jour, tellement j’étais enfermée dans la terreur et toutes sortes de douleurs. J’étais devenue une « attaque de panique » ambulante et je fonçais dans les murs à cause des narcotiques.
J’avais des migraines journellement, dès l’âge de 12 ans. Toute ma vie j’ai eu l’air d’être la fille de Dracula. Je n’ai plus de photos de moi, je les ai toutes détruites tellement j’avais tellement l’air d’une morte.
Alors, oui, il y a 10 ans, chez un chiropracteur, j’appris l’EFT, le point de karaté uniquement. Je l’ai tapoté presque tous les jours pendant ces 10 années mais uniquement pour le soulagement de la douleur car je souffrais tellement que je ne pouvais rien faire avec consistance.

GARY : Il faut noter qu’à ce moment-là, la SEULE chose que Jamala avait apprise c’était de tapoter le point de karaté, pour la douleur physique. Avec sa persistance, elle obtint des résultats, malgré son manque d’apprentissage de la méthode. Tapoter uniquement le point de karaté, ce n’est pas un débutant, c’est un pré-débutant qui fait cela. Bien qu’elle n’aie pas d’argent et aucune aide, elle en retira quand même des résultats. Avec de l’aide et une meilleure formation, bien sûr, elle aurait pu obtenir des résultats plus rapides et plus profonds.

JAMALA : Quelques fois, j’avais un soulagement miraculeux, je redoublais les tapotements et soudain j’étais bien. Mais l’autre douleur arrivait de suite derrière l’autre. Sans argent, je n’avais personne pour me guider vers mon rétablissement d’avoir subi l’inceste et tant d’autres traumatismes.

GARY : J’ai parlé avec Jamala, il y a 3 mois, et elle venait de télécharger le manuel EFT, ce qui lui permit d’appliquer la méthode de manière plus efficace. Cela n’était pas aussi précis que les vidéos mais cela lui permit de passer du stade de pré-débutante au stade de débutante, au moins.

JAMALA : C’est cette année que j’ai, vraiment, appliqué la technique EFT complète, et plus spécifiquement cet automne. J’étais mieux et j’ai pu en faire un programme chaque matin. Je faisais des respirations en prenant les points de la clavicule et, assise, jambes croisées, les yeux fermés, je tapotais toute idée qui venait à mon esprit à ce moment-là. Exemple : même si j’ai l’impression que mon estomac a avalé une boule de bowling…….Même si je veux mourir (cette phrase était toujours là), Même si ma tête me fait mal………., etc. Alors, je laissais aller mes pensées et je les suivais comme la méditation indienne Vipassana (qui est de regarder les choses telles qu’elles sont réellement). Je tapotais n’importe quelle pensée qui arrivait et j’arrêtais lorsque j’en sentais la nécessité.

GARY : C’est une utilisation créative de l’EFT, remarquable. Cela ressemble à la technique « chasser la douleur » (voir « étapes pour devenir le Thérapeute Ultime ») mais Jamala allait au-delà. Au lieu de se limiter aux douleurs physiques, au fur et à mesure qu’elles se déplaçaient dans son corps (ce que l’on pratique dans quelques sessions EFT), Jamala l’appliquait également à ses pensées.

JAMALA : Résultat, après 3 mois de cette pratique, j’ai très rarement des attaques de panique. Je commence, parfois, une migraine mais je la fais disparaître assez rapidement. J’avais de grosses tumeurs dans l’utérus et sur les ovaires et j’avais des hémorragies presque tous les mois, donc j’ai uniquement tapoté cela, il y a un mois, et tout a disparu. Nos corps et notre esprit présentent de nombreux symptômes par moments, mais il y a toujours une énergie centrale à tous ces symptômes. Tapoter sur chaque problème spécifique me rendait folle, je ne parvenais pas à continuer, c’était de trop. J’ai arrêté, alors, d’être spécifique et je tapotais pour arriver au problème central.

GARY : Pour moi, la méthode EFT la plus efficace pour traiter des problèmes complexes, c’est de les diviser en EVENEMENTS SPECIFIQUES qui leur sont sous-jacents. C’est très efficace. Néanmoins, une novice comme Jamala, n’ayant aucun conseil ni aide extérieures, trouvait dès lors cette technique très difficile. Mais en fait c’est une technique qui permet de résoudre facilement un EVENEMENT SPECIFIQUE et alors d’enchaîner sur l’autre problème douloureux, assez rapidement. Sans l’expérience, cette technique peut paraître très déconcertante.
Il n’y a pas UN chemin unique pour y arriver, donc nous devons être souples et prendre les clients par la main et les accompagner sur leur chemin le plus doux.
Lors de ma conversation téléphonique avec Jamala, le problème central était en relation avec une compréhension spirituelle qui venait du Cours des Miracles………le pardon et l’Unité, entre autres.

JAMALA : Lorsque j’ai pu déconnecter le problème principal, tout commença à s’éliminer. Ce fut comme lorsqu’on nettoie une poubelle de ses déchets. Mon corps amorça un processus de nettoyage. J’ai eu un mal d’estomac, pendant 6 semaines et j’ai cru que j’allais mourir. J’ai focalisé sur l’évolution du mal, comme le déroulement d’une bonne thérapie crânio-sacrale (traitement manuel doux du crâne). Soudain le mal disparut. Les tumeurs, la douleur de l’angine de poitrine, l’arythmie, les maux de tête et les attaques de paniques s’évanouirent.
Je me suis réveillée un jour et tous les symptômes avaient disparu.
Alors j’ai regardé le peu de relations que j’avais, toutes dysfonctionnelles et je les ai lâchées. J’ai commencé à parler honnêtement aux personnes que je connaissais (ce dont j’avais peur auparavant) et à manger de la nourriture crue. Je me suis inscrite à des cours, pour me distraire, les premiers cours de ma vie, à 48 ans. J’ai jeté mes vieux vêtements et en ai acheté d’autres, en seconde main (mais pour moi c’étaient comme de nouveaux vêtements). Maintenant je regarde mon travail et j’affirme que je choisis de gagner ma vie en faisant ce que j’aime, que je le fais bien et qui n’est pas en opposition avec ma vie spirituelle, ce pour quoi je vis.
L’EFT est un outil de transformation très puissant. Il y d’autres choses à faire tout en pratiquant l’EFT, en suivant le processus de guérison à chaque niveau qui se présente et en opérant les changements, mais, en effet, l’EFT est un outil principal qui peut aider tout le monde.
J’ai été formée en thérapie holistique et je connais les graves niveaux de destruction qui abîment les êtres humains. J’étais le cas le plus grave que j’ai rencontré et j’ai souvent demandé de l’aide à des gourous. J’étais considérée comme incurable par toutes les pratiques de guérison. Et j’étais incurable mais j’ai appris qu’il y a une différence entre curable et guérissable. Il y a beaucoup de personnes qui peuvent être considérées comme incurables mais chacune d’entre elles peut être guérie. Je le sais car j’aurais dû mourir il y a une dizaine d’années.
J’ai saisi toutes les opportunités qui se présentaient à moi. Dès lors, je sais qu’il n’y a personne qui ne puisse marcher dans mes pas et faire la même chose.

Bénédictions

Jamala Rose

Article traduit par "Pluchette".




Archives

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Recevez gratuitement l'ebook

EFT
L'essentiel en 10 fiches

et profitez de nos conseils mensuels






Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
Un lien de désinscription est présent au bas de chaque courrier provenant de Technique-EFT.

Formation EFT Certifiantes pour le Personnel Soignant et/ou de la Relation d'Aide.

Les Formations sont Supervisées par Geneviève GAGOS pour vous permettre un apprentissage approfondi de la technique, une pratique de l'EFT en finesse et une efficacité accrue.

Ecole EFT France

Ecole EFT France, formation EFT ODPC

Présentation d'une séquence complète EFT

Les médecins formés par l'Ecole EFT France témoignent.



L'EFT pour tous

Parution aux Editions Marabout

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Sélectionné par le "Club Nouvelles Clés"

Formations EFT certifiantes

logo Ecole EFT France, formations EFT certifiantes

Nb