Certii
Slide

Tout, tout de suite...

Bonjour, Je m’appelle Laure, j’ai 39 ans. Mariée et deux enfants. Je pratique l’EFT depuis plusieurs années, sur moi et j’accompagne aussi mes proches dans leurs séances d’EFT.

Le thème de cette séance est ma relation au temps….je m’aperçois que sur le sujet je me suis bien améliorée, mais j’ai encore du travail… En effet, dans certains cas, je suis encore « tout tout de suite ». J’aimerais tout savoir avant même que les décisions soient prises (surtout quand ce n’est pas moi qui doit les prendre), je souhaiterais que les choses soient menées à leur terme juste après que je les ai pensées… La vie se charge de m’apprendre la patience, mais ça m’est pénible, voire difficile… J’essaie de vivre le moment présent pour ne pas trop gamberger, mais c’est loin d’être pour moi une seconde nature… C’est pour cela que j’ai décidé de faire une séance sur ce sujet.

Pour mieux vous exposer les choses je suis en pleine mutation professionnelle, d’un travail salarié en CDI, j’ai le projet de me mettre à mon compte en tant que praticienne EFT. Cela fait 4 ans que le projet mûrit. J’arrive à moins de 45 jours de l’échéance et ça va encore trop doucement à mon goût…
Ça c’est une chose. Mais il y a aussi les personnes avec qui je vis. Si elles sont trop « molles » à mon goût ou ne vont pas assez vite pour la réalisation d’une tâche, ça m’énerve… J’en deviens agressive puis ça me culpabilise beaucoup, car je me trouve intolérante…

1. Mon besoin par rapport à cette séance : Mon besoin : «M’aider à être plus patiente… ou appliquer le lâcher-prise comme une deuxième nature. Être plus indulgente vis-à-vis de mon époux qui a un rythme plus tranquille que le mien »… Durant cette séance, je vous livre en intégralité mes réflexions, vous pourrez lire mes questionnements, ma recherche des causes racines, le SUD (Évaluations) et les phrases d’EFT qui y sont associées. On y va !?

En quoi est ce que vouloir « tout tout de suite me dérange » ?
Ca me « bouffe » mon présent. Je suis dans mes réflexions stériles. Je ne vis pas l’instant présent trop occupée à imaginer l’avenir et tous les scénarios. Surtout que là, je n’ai pas toutes les données. Certains paramètres ou décisions ne sont pas de mon fait (l’état, les collectivités, pôle emploi, des propriétaires de locaux etc…). Ok, en quoi est-ce que ça me dérange encore de ne pas avoir toutes les cartes en mains ?
Parce que je ne maîtrise pas tout…

En quoi est-ce que ça me dérange de ne pas tout maîtriser ?
Car je ne contrôle pas tout…

OK et pourquoi ce besoin de tout contrôler ?
Car c’est dans ma nature…
Pourquoi est-ce dans ma nature ? Je n’en sais rien…

Ai-je vécu des expériences où j’ai pu mettre cette croyance ou ce besoin en place ?
(Je remonte mon histoire du plus ancien au plus ressent).

En ce qui concerne mon enfance, je n’ai pas de souvenir que mes parents ou grands- parents soient dans le « tout tout de suite »… Moi je le suis avec mes enfants, bien que j’essaie de corriger ce travers, car j’ai la croyance que cela n’est pas un cadeau, de tout leur donner dès qu’ils le demandent. Qu’en est-ce que j’ai pu mettre ce programme en route ? À vrai dire je n’en sais rien.

Je sais qu’en EFT il faut remonter le plus loin possible dans l’enfance, mais à part cette expérience de préma où le « tout tout de suite » m’a sûrement sauvé la vie, je ne vois pas…
Je suis née préma, à 6 mois et ½. Ma maman avait eu une fissure de la poche des eaux très tôt, dès le début de sa grossesse. Elle a tout fait pour que ça tienne le plus longtemps possible, mais à 6 mois et ½, je suis sortie… Est-ce à ce moment-là que j’ai compris que le « tout tout de suite » était le fonctionnement à adopter ?

OK c’est une donnée de départ…
Qu’est-ce que je pourrais dire sur le sujet… ai-je une émotion associée quand je suis dans le « tout tout de suite » ? Ca m’énerve d’en être encore là…
Pourquoi ça m’énerve ? Car ça m’a déjà porté préjudice…
Ok pourquoi ? Car il m’est arrivé d’accélérer des processus de résolution et de m’apercevoir que si j’avais pris du temps pour reculer et analyser, je ne serais pas tombée dans une ornière… ou que je n’aurais pas donné des infos préjudiciables pour moi…

OK alors c’est bien tout ça, mais je n’ai semble-t-il que la piste de l’expérience d’avoir été préma pour avoir mis ce schéma de fonctionnement en place. Quel est le sentiment qui est associé ? ça m’énerve… À combien ? À 8. OK alors qu’est-ce que je dirais ?
« Même si j’ai mis en place en étant préma, un fonctionnement de « tout tout de suite » et que ça m’énerve, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »… Avec les 3 pts
Phrase de rappel « fonctionnement de « tout tout de suite »… » Ca m’énerve »…
SUD = à 4…
« Même si j’ai mis en place en étant préma, un fonctionnement de « tout tout de suite » et que ça m’énerve encore un peu, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »…
Avec les 3 pts .
Phrase de rappel « fonctionnement de « tout tout de suite »»… » Ca m’énerve »…
SUD = à 2…
Même si j’ai mis en place en étant préma, un fonctionnement de « tout tout de suite » et que ça m’énerve à 2, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »… Avec les 3 pts.
Phrase de rappel « fonctionnement de tout tout de suite »… » Ca m’énerve à 2 »…
SUD = à 1
C’est pas ok…2=>1 …

Commentaire de Geneviève : en effet, il n’y a qu’un point d’écart !

Changement d’aspect : ce n’est pas d’avoir ce fonctionnement qui m’énerve (du reste ça m’énerve quasi plus) mais c’est mon intolérance vis-à-vis des gens « mous »… Et plus particulièrement, mon époux. Je me suis mariée avec un homme très calme, limite « mou » dans certains cas (du moins je le juge comme ça... Je sais ce n’est pas bien, mais c’est ainsi (lol). Des fois, ça va et des fois ça m’exaspère au moins à 10, car lorsque que ça m’exaspère, je peux être très, très désagréable, voire blessante à son égard.
IP : « Même si le fait que Luc soit mou, ça m’exaspère je m’accepte et je m’aime telle que je suis »
Toujours avec les 3 pts et la phrase de rappel « Le fait que Luc soit mou m’exaspère », SUD à 6 « même si le fait que Luc soit mou m’exaspère encore, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »
Toujours avec une ronde courte avec la phrase de rappel « le fait qu’il soit mou m’exaspère encore », SUD à 4
« Même si le fait que Luc soit mou m’exaspère encore à 4, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »
Toujours avec les 3 pts avec la phrase de rappel : «Le fait qu’il soit mou m’exaspère encore à 4». SUD à 2
«Même si le fait que Luc soit mou m’exaspère encore à 2, je m’accepte et je m’aime telle que je suis»
Ronde courte avec la phrase de rappel «Le fait qu’il soit mou m’exaspère encore à 2», SUD à 0,5
Je vais m’en occuper avec le mouvement oculaire sur 6 secondes, avec l’IP «Même si le fait que Luc soit mou m’exaspère encore à 0,5 je m’accepte et je m’aime telle que je suis »

Commentaire de Geneviève : Ce mouvement oculaire en 6 secondes se pratique lorsqu’il ne reste qu’une évaluation faible (2 maximum). On le pratique habituellement sans traiter l’inversion psychologique. Si ce raccourci ne vous permet pas de descendre à 0, il vous faut refaire une ronde raccourcie classique avec le traitement de l’IP. Laure choisit d'utiliser ce mouvement oculaire en traitant l’IP... pour ne pas perdre de temps ;-).

Phrase de rappel «Le fait qu’il soit mou m’exaspère encore à 0,5 »….SUD 0.

Vérification : je suis dans la cuisine, Luc n’avance pas alors que nous avons plein de choses à faire… il traîne sur un truc sans importance, alors qu’il y a des choses beaucoup plus importantes à faire… SUD ? « Je m’en fou, ça ne me touche pas et je respecte son rythme ».

OK à présent où en est ma difficulté initiale ? De fonctionner en mode « tout tout de suite » ça m’énerve ?… à 0 je pense…

Vérification : je ne sais toujours pas comment ni quand je vais m’installer à mon compte et je suis à 45 jours de la fin de mon contrat en CDI…
Comment vais-je ? « On verra bien, je suis en confiance ! ».

3. Comment je me sens ? Je suis contente car je vais pouvoir voir si ma relation au temps a changé : «M’aider à être plus patiente… ou appliquer le lâcher-prise comme une deuxième nature »…
Je sais que je serai confrontée à la tranquillité de mon époux, dès ce soir. Peut-être que je vais enfin laisser aller les choses comme elles doivent être. C’est-à-dire à sa vitesse, lorsque c’est lui qui les met en œuvre. Je vous redirai ça.
Et là, le fait que je ne sache pas pour mon projet ne m’impacte plus…..ça sera comme ça sera…
C’est amusant car mon train a du retard, et là je ne suis pas perturbée par cela… Je fais encore CONFIANCE. Tout va se mettre en place pour se passer au mieux dans le déroulement de la journée.

4. Prise de conscience à chaud :
Peut-être même que le fait que je gère différemment mes émotions face au temps ou mes impressions sur ce sujet, impactera aussi ma relation aux autres et à mes enfants. Parfois je me rends compte que j’anticipe même leurs besoins avant même qu’ils les émettent verbalement (je leur donne ou fait donner une serviette de table lorsqu’ils ont les mains sales, je verse de l’eau dans leur verre avant même qu’ils le demandent etc…) et ça, ce n’est pas bon pour eux et leur évolution. Je speed mon époux à vouloir qu’il aille à mon rythme, alors que ce n’est pas le sien. Et je me juge non indulgente lorsque j’agis de la sorte. Car je ne suis pas toujours diplomate lorsque j’envoie une réflexion sur ce sujet.

5. Epilogue :
Ce week-end, j’ai eu des réactions peu habituelles aux yeux de mes proches. Là où j’aurais pu réagir en « tout tout de suite », je ne l’ai pas fait. Au contraire, j’ai temporisé et cela a étonné mon époux qui m’en a fait la remarque.

En relisant ma séance je me suis aperçue que je n’ai pas traité le besoin de contrôle et de maitrise…ça m’a même fait sourire….alors pourquoi ai-je besoin de tout contrôler et tout maitriser ? Parce que j’ai la croyance que si je n’anticipe pas, ce n’est pas bien.
Pourquoi une telle croyance ?
Lorsque j’avais 6 ans voire 7 ans j’avais des difficultés à lire, à apprendre en général. Et un soir mon papa qui s’apercevait que la méthode forte ne fonctionnait pas franchement avec moi, m’a prise entre 4 yeux. Je m’en souviens comme si c’était hier.
Il a choisi le moment du feuilleton télévisé « Ma sorcière bien aimée » pour m’en parler…
Moi j’aurais bien voulu regarder la TV, mais il l’avait éteinte.
Il s’est assis sur le sofa, à côté de la TV. Il a pris un papier, des crayons et m’a demandé de l’écouter avec attention. Il a dessiné une forêt, des animaux, un renard, un petit lapin, un cerf, et tout plein d’autres bébettes... Je ne me souviens plus trop de tout le discours dans son intégralité, mais je vous livre la conclusion de l’exposé : « Il faut être un renard, voire un loup pour manger les autres et ne pas se faire manger… »
Il faudrait que je sois un prédateur. Pour être un prédateur, il faut apprendre pour être la meilleure et tout anticiper pour ne pas se faire manger. Quand j’écris ses mots ça me fait sourire, car j’ai eu pendant plusieurs années, des troubles du comportement alimentaire, où je passais d’une phase de boulimie à des phases d’anorexie»… Mentalement et moralement aussi je passais beaucoup du prédateur à la victime (Caliméro)… Bref, pour y arriver dans la vie, il faut être un prédateur !
Quand j’y repense, je trouve cela injuste pour les petits lapins et moi je n’avais pas cette vocation-là du haut de mes 7 ans.
En conclusion Il faut apprendre et être doué à l’école, avoir un bon métier bien honorable qui ramène plein de sous... Surtout un métier intellectuel…

OK, qu’est-ce que je ressens lorsque je pense à ça ? De l’agacement…
Pourquoi de l’agacement ? Car c’était le moment de mon film et qu’il n’avait pas le droit de m’empêcher de le voir… puis que son histoire n’avait pas un caractère d’urgence puisque ça faisait longtemps que j’avais des problèmes d’apprentissage… Mais plus que cela, ce n’est plus de l’agacement mais de la colère…
Contre qui ? Contre mon père.
Pourquoi ? Car j’ai la croyance que ce n’est pas juste d’envoyer sa vision du monde comme ça à son enfant… SUD de la colère contre mon père ? 8

Ok qu’est-ce que je dirai ?
IP : « Même si j’ai de la colère contre mon père par rapport à son histoire de prédateur, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »
Phrase de rappel : « De la colère contre mon père », avec les 3 pts (tête, poignets, chevilles) SUD à 5.
« Même si j’ai encore de la colère contre mon père par rapport à son histoire de prédateur, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »
Phrase de rappel : « J’ai encore de la colère contre mon père » avec les 3 pts (tête, poignets, chevilles) SUD à 2.
«Même si j’ai encore de la colère à 2 contre mon père par rapport à son histoire de prédateur, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »
Phrase de rappel : « J’ai encore de la colère à 2 contre mon père », avec les 3 pts (tête, poignets, chevilles) SUD à 0

Vérification : je suis dans le salon, mon père me fait ses dessins «Il faut manger les autres, être plus forte que les autres, les écraser etc… » Qu’est ce qui me reste ?
Il me reste « vieux con ! »
Qu’est-ce qu’il y a derrière ce «vieux con» ? Est-ce encore de la colère ?
Non, de l’injustice
Pourquoi ? Parce que l’on n’a pas de droit d’inculquer des croyances pareilles à son enfant… (Là mon cerveau m’envoie 150 000 messages, « ton père a fait ce qu’il a pu »… « Tu n’étais pas forcément facile » etc).
Chut, la tête ! C’est à l’émotionnel que je parle !…
Donc cette injustice est à combien ? SUD à 10
IP «Même si je trouve injuste que papa m’a injecté des principes pareils, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »…
Phrase de rappel avec les 3 points « Pas le droit de m’injecter des préceptes pareils » SUD à 5. IP « Même si je trouve encore injuste que papa m’a injecté des principes pareils, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »…
Phrase de rappel avec une ronde courte «Pas le droit de m’injecter des préceptes pareils » SUD à 3.
IP «Même si je trouve encore un peu injuste que papa m’a injecté des principes pareils, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »
Phrase de rappel avec une ronde courte «Encore un peu injuste de m’injecter des préceptes pareils » SUD à 0.

Vérification, je me remets dans le salon, avec toute la scène… comment suis-je ? Qu’est-ce que je ressens ? Ca va. Le « vieux con !» s’est transformé en « c’est ainsi !»…
Je cherche la culpabilité de ne pas avoir été l’enfant parfaite qui apprenait.
Tout est ok ! Je ne ressens pas de culpabilité.

Qu’est ce qui reste de cette scène ?
Une image est principalement en noir et blanc. C’est le soir, il fait nuit. Je suis à côté de papa qui est à ma gauche. Nous sommes assis sur le canapé marron et le dessin est sur la petite table. Il n’y a que mon père et moi… ma sœur et ma mère ne sont pas dans la scène.
IP : « Même si je vois le dessin, mon père et la scène, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »
Phrase de rappel au gré des points : « Mon papa », « la scène », « le dessin », « le canapé marron », « mon papa à gauche »
L’image est-elle pareille ou différente ?
On dirait qu’il fait clair dehors
IP : « Même si je vois le dessin, mon père et la scène, je m’accepte et je m’aime telle que je suis »
Phrase de rappel : « Mon papa », « la scène », le dessin », « le canapé ».
Comment est l’image ?
Je ne la contacte plus. Je ne suis plus là semble t il. Et mon père ? Il est seul devant son dessin.
Où suis-je moi ? Je suis dehors je joue aux billes… et voilà…

Commentaire de Geneviève : Le travail sur l’image doit être poursuivi ici. En effet, il reste : le papa de Laure devant le dessin. En effet, je me suis rendue compte au fil de mes années de pratique que tant qu'une image en rapport avec l'événement persistait, le travail n'était pas terminé. Dans cet exemple, le papa de Laure toujours installé devant son dessin, pourrait la rappeler à n’importe quel moment et recommencer son exposé sur les prédateurs.
J’enseigne à mes étudiants ce travail sur l’image jusqu’à disparition de tous les éléments qui pourraient être repris pour revivre la même scène.
Encore une petite ronde Laure et ce sera terminé !


C’est fini les petits lapins pourront courir et vivre leur vie de petits lapins et les renards vivre leur vie de prédateur. Je ne suis plus, ni l’un, ni l’autre, mais juste LAURE…

Belle journée à vous.
Amicalement.

Laure.




Archives

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Recevez gratuitement l'ebook

EFT
L'essentiel en 10 fiches

et profitez de nos conseils mensuels






Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
Un lien de désinscription est présent au bas de chaque courrier provenant de Technique-EFT.

Formation EFT Certifiantes pour le Personnel Soignant et/ou de la Relation d'Aide.

Les Formations sont Supervisées par Geneviève GAGOS pour vous permettre un apprentissage approfondi de la technique, une pratique de l'EFT en finesse et une efficacité accrue.

Ecole EFT France

Ecole EFT France, formation EFT ODPC

Présentation d'une séquence complète EFT

Les médecins formés par l'Ecole EFT France témoignent.



L'EFT pour tous

Parution aux Editions Marabout

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Sélectionné par le "Club Nouvelles Clés"

Formations EFT certifiantes

logo Ecole EFT France, formations EFT certifiantes

Nb