Certii
Slide

Émeline garde sa main fermée sans raisons apparentes...

Émeline est une jeune fille de 10 ans qui garde la main gauche fermée.
Cela fait suite à un accident où elle a eu un plâtre du coude jusqu'au poignet.

Des investigations ont été faites en médecine et en kinésithérapie.
Il n'y a aucun problème neurologique, physiologique, pas de rétraction des structures tendinomusculaires.
La rééducation en kinésithérapie n'a eu aucun succès.

La maman arrive à lui ouvrir la main la nuit.

Les parents se sont tournés vers des psys : sans résultats.

Une de mes élèves en psychomotricité lui a parlé de moi et ils se tournent vers la psychomotricité comme étant leur dernière chance.

Lorsque je commence à parler avec Émeline, je ne sens aucune accroche émotionnelle relative au sujet.
Elle est fermée, bloquée, sans accès à ses émotions.
Elle est dans une position de défense, de repli et de protection.

Elle dit que ça ne la dérange pas d'avoir la main fermée, ça ne l'embête pas du tout. Elle est très bien comme ça…

" Et si tu devais rester avec la main fermée jusqu'à la fin de ta vie, qu'est ce que ça te ferait ?
- Rien du tout, me répond-elle ! "

Je passe donc sur un autre mode et lui dit que ça n'est pas courant, qu'à l'école on doit se poser des questions.

" Qu'est ce qu'ils disent tes copains ?
- Mes copains disent que je fais semblant d'avoir la main fermée. Ils disent que je suis une menteuse et que je fais semblant.
- Et cela te fait quoi lui demandai je ?
- Ça me blesse, dit elle ! "

Nous commençons donc par cet aspect :

" Même si ça me blesse que mes copains disent que je fais semblant d'avoir la main fermée, je m'aime et m'accepte comme je suis. "

Je lui précise que le but n'est pas qu'elle ouvre la main, mais qu'elle soit bien avec ça.

" Même si ça me blesse que mes copains me prennent pour une menteuse, je m'aime et m'accepte comme je suis. "

Pour moi, il est évident qu'elle ne VEUT pas ouvrir la main et je ne veux pas rentrer dans le jeu d'être celui qui va y parvenir.

Je la revois une semaine après.

Je lui demande comment ça va et si ses copains lui ont dit que c'était une menteuse ?

Elle me dit que oui, qu'ils le lui ont dit.

" Et cela te fait quoi, lui demandai-je ?
- Je m'en fout dit elle. Je sais très bien que je ne suis pas une menteuse et que c'est vrai que je ne peux pas ouvrir la main."

Ce jour-là, sa mère m'apprend lui avoir ouvert la main pendant la nuit et mit une balle de tennis dedans. Elle voulait la lui scotcher pour lui maintenir la main ouverte.

Je lui dis que techniquement, elle pouvait ouvrir la main, mais que personne ne devrait la lui ouvrir de force.

Nous revenons à son accident.

Elle me dit que par la suite elle a eut un plâtre qui s'étendait jusqu'à la main.
Elle avait alors la main fermée.
Elle a eu une forte douleur lorsqu'on le lui a retiré et c'est depuis, qu'elle garde la main fermée.

Nous décidons d'aller sur cet évènement.

" Même si j'ai eu très mal quand on m'a retiré le plâtre, je m'aime et m'accepte comme je suis. "

Puis, je lui demande ce que ça lui a fait quand on lui a retiré le plâtre (mis à part la douleur), ce qu'elle a ressentie.

Elle me répond qu'elle a eu l'impression que ça n'était pas fini.

En la questionnant, j'apprends qu'elle a eu très peur lors de son accident, et également très peur suite à la douleur en retirant le plâtre, que son bras se recasse…

" … Que ça lâche me dit-elle. "

Nous sommes passés successivement et doucement de l'aspect :

" Même si j'ai eu très peur quand mon bras s'est cassé, je m'aime et m'accepte comme je suis. "

À celui

" Même si j'ai eu peur que ça soit pas fini, quand on m'a retiré le plâtre, je m'aime et m'accepte comme je suis. "

Puis

" Même si peur que mon bras se recasse, quand on m'a retiré le plâtre, je m'aime et m'accepte comme je suis. "

Et pour finir

" Même si j'ai eu peur que mon bras lâche, quand on m'a retiré le plâtre, je m'aime et m'accepte comme je suis. "

Il m'apparaît que suite à cet évènement, elle avait gardé ses émotions et sa peur dans sa main.

Alors que Émeline me dit avoir quand même peur que ça revienne, nous avons consacré la fin de la séance à cet aspect.

" Même si j'ai peur que ça revienne, je m'aime et m'accepte comme je suis. "

…et ses variantes, pour aller jusqu'à un ressenti à 0.

Lorsque je l'ai revue la semaine suivante, elle avait à ma grande surprise, la main ouverte.

NB : Suite à mes conseils de ne pas mettre un gros objet dans la main d'Émeline, et que dans l'idée, il valait mieux en mettre un petit qui ne force pas la main de s'ouvrir, sa mère lui avait mit une bague.


Séance réalisée et rapportée par Christian, psychométricien en cours de formation EFT auprès de l' École EFT France.




Archives

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Recevez gratuitement l'ebook

EFT
L'essentiel en 10 fiches

et profitez de nos conseils mensuels






Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
Un lien de désinscription est présent au bas de chaque courrier provenant de Technique-EFT.

Formation EFT Certifiantes pour le Personnel Soignant et/ou de la Relation d'Aide.

Les Formations sont Supervisées par Geneviève GAGOS pour vous permettre un apprentissage approfondi de la technique, une pratique de l'EFT en finesse et une efficacité accrue.

Ecole EFT France

Ecole EFT France, formation EFT ODPC

Présentation d'une séquence complète EFT

Les médecins formés par l'Ecole EFT France témoignent.



L'EFT pour tous

Parution aux Editions Marabout

Couverture livre l'EFT pour tous de Geneviève Gagos

Sélectionné par le "Club Nouvelles Clés"

Formations EFT certifiantes

logo Ecole EFT France, formations EFT certifiantes

Nb